Comment prendre des vacances et devenir, aussi, un meilleur dirigeant

Nous devons faire quelque chose pour permettre à nos employés de reprendre leurs forces. Mais ce genre de changement ne se fait pas naturellement : les dirigeants doivent revoir de manière proactive les politiques et les stratégies afin de leur permettre de prendre réellement congé de leur travail pendant quelques jours.

Robert Hosking, vice-président directeur, directeur général, pratiques de Recherche
services
VOIR LES TALENTS D’UNE TOUTE NOUVELLE FAÇON

Tirez parti de toute la puissance de votre main-d’œuvre

Communiquer avec nous

Comment prendre des vacances et devenir, aussi, un meilleur dirigeant

Chaque fois que je suis en vacances, il vient un moment où je commence à entendre la voix d’Al Pacino dans ma tête.

 

Il s’agit de la scène marquante du Parrain III où son personnage regrette d’être incapable de se libérer des griffes des activités criminelles de sa famille.

 

« Je m’en croyais sorti et ils m’y ramènent. »

 

En effet, chaque fois que je crois mon congé en sécurité, le travail me ramène dans l’action.

 

Même si je planifie des mois à l’avance et mets tout en place pour profiter d’un repos bien mérité, je me retrouve progressivement replongé dans les tâches quotidiennes du travail.

 

Je modifie ma messagerie vocale pour rediriger les personnes qui m’appellent, j’active mes messages indiquant que je suis absent du bureau et j’avertis pratiquement toutes les personnes qui doivent savoir que je serai en congé.

 

Très rapidement, les appels manqués commencent à s’accumuler sur l’écran d’accueil de mon téléphone mobile. Puis, je commence à recevoir des courriels commençant ainsi : « Je sais que vous êtes actuellement en congé payé, mais… »

 

Sans m’en rendre compte, je commence à passer de plus en plus de temps chaque jour à répondre à des courriels. Je commence à prendre certains appels. Il ne faut pas bien longtemps avant que j’accepte de participer à des appels vidéo.

 

Je me retrouve à vouloir prendre congé de mon congé.

 

Pourquoi les dirigeants ont-ils tant de difficulté à prendre congé? Une des raisons est qu’il est actuellement difficile pour tout le monde de prendre congé, en particulier pour les dirigeants.

 

L’épidémie des jours de congé non pris

 

Si on réfléchit aux façons dont le travail se faufile dans nos congés, il n’est peut-être pas étonnant alors que bon nombre d’entre nous n’utilisent pas tous les congés payés, prévus ou personnels que nous avons accumulés.

 

Un sondage mené en 2021 sur LinkedIn par LHH a révélé le fait frappant que 35 % des participants n’avaient pris aucun congé lors de l’année précédente et que 34 % d’entre eux n’avaient pris que quelques-uns de leurs jours de congé accumulés. Seulement 19 % d’entre eux, soit moins d’un sur cinq, ont utilisé tous les congés qu’ils avaient accumulés.

 

Ce sondage a confirmé une tendance apparue en 2020, première année de la pandémie mondiale, alors que les restrictions de voyage ont entraîné une réduction importante du nombre de jours de vacances pris. Un sondage mené en décembre 2020 par IPX1031, une société mondiale d’échange de propriété d’investissement, a révélé que 37 % des participants avaient mis leurs projets de voyage sur pause pour une période indéterminée et que 20 % prévoyaient prendre congé, mais ne savaient pas encore à quel moment.

 

Il faut savoir que cette incapacité chronique à prendre nos congés date d’avant la pandémie.

 

Des recherches de l’U.S. Travel Association ont montré que, en 2018, il restait aux voyageurs des États-Unis 768 millions de jours de congés payés inutilisés, soit plus du quart des congés auxquels ils ont droit.

 

Nous hésitons également à prendre congé lorsque nous sommes malades ou épuisés.

 

Selon un sondage mondial réalisé en 2020 par Aetna International, l’un des plus grands fournisseurs mondiaux de prestations de santé, plus de la moitié des employés souffrant d’un problème de santé mentale diagnostiqué ont menti à leurs supérieurs sur les raisons pour lesquelles ils prenaient des congés, s’ils en prenaient. En effet, 30 % des répondants ont déclaré ne pas avoir pris un seul jour de congé de maladie, et 47 % n’en prendraient pas même s’ils souffraient d’un énorme stress.

 

Ces résultats font écho aux données d’un sondage mondial réalisé en 2021 par le groupe Adecco, qui a examiné en profondeur l’expérience professionnelle en période de pandémie. Ce sondage a montré qu’à l’échelle mondiale, 40 % des personnes interrogées qui travaillaient à distance étaient réticentes à prendre des congés lorsqu’elles étaient malades.

 

Ce même sondage a montré très clairement les conséquences de l’absence de congés, que ce soit pour des vacances ou pour se remettre d’un problème de santé physique ou mentale : l’épuisement professionnel. Le sondage a révélé que, dans le monde entier, 40 % des personnes interrogées souffraient d’épuisement professionnel.

 

Solutions pour surmonter la réticence à prendre des congés

 

Conscientes des conséquences importantes de cette incapacité à s’absenter du travail sur leur personnel, certaines des plus grandes entreprises du monde ont recours à des stratégies radicales.

 

PwC a commencé à verser à ses employés 250 dollars pour chaque semaine de vacances qu’ils prennent. Jane Fraser, directrice générale de Citigroup, a récemment annoncé qu’elle interdisait les vidéoconférences le vendredi et qu’elle avait fait du 28 mai le « Citi Reset Day », un jour de congé dans toute l’entreprise.

 

« Je sais, d’après vos commentaires et ma propre expérience, que le peu de distinction entre le foyer et le bureau et le rythme effréné d’une journée de travail pendant cette pandémie ont nui à notre bien-être », a écrit Mme Fraser dans un message adressé à toute l’entreprise. « Ce n’est tout simplement pas soutenable. »

 

Nous devons faire quelque chose pour permettre à nos employés de reprendre leurs forces. Mais ce genre de changement ne se fait pas naturellement : les dirigeants doivent revoir de manière proactive les politiques et les stratégies afin de leur permettre de prendre réellement congé de leur travail pendant quelques jours. Voici trois pratiques qui peuvent vous aider à prendre le temps dont vous avez besoin pour vous ressourcer :

 

1/ Revoyez les niveaux d’approbation dont vous avez réellement besoin. L’une des choses qui empiètent constamment sur mes congés payés est le fait que les gens doivent obtenir mon approbation pour diverses décisions : dépenses importantes, approbation de contrats, résolution de problèmes pour un client, etc. Vous devrez toujours être impliqué dans certaines décisions majeures, mais vous devez déléguer un peu plus de responsabilités pour les décisions de moins grande importance. Bien menée, cette délégation peut rendre votre équipe plus forte, tant au niveau de la confiance que des performances.

 

2/ Nommez quelqu’un pour vous remplacer lors des réunions et qui pourra prendre des décisions. Dans le prolongement de ma première suggestion, il sera beaucoup plus facile de vous éloigner du bureau si vous avez un remplaçant clairement défini en place. Considérez cela comme un élément du plan de relève; en donnant à quelqu’un les moyens de vous remplacer et en le formant, vous vous assurez que votre équipe est en mesure de vous remplacer non seulement pendant vos vacances, mais aussi en cas d’absence imprévue du bureau ou si vous vous apprêtez à prendre votre retraite. Cela vous permettra de voir qui est, et qui n’est pas, fait pour le leadership.

 

3/ Précisez quand il est acceptable que quelqu’un interfère avec votre congé payé. Le travail est important, et vous voulez avoir dans votre équipe des personnes dévouées qui n’hésitent pas à mettre la main à la pâte. Mais fixez des limites. Il semble que la journée de travail ne se termine jamais pour un grand nombre de personnes travaillant à domicile. Imposez des limites sur les appels téléphoniques et les courriels en dehors des heures de travail. Cela vous permettra non seulement de respirer un peu plus, mais aussi de réduire le stress de votre équipe.

 

Les congés payés ne sont pas qu’un avantage acquis : il s’agit d’une ressource essentielle pour garantir des équipes et des dirigeants efficaces. Même les dirigeants les plus solides finissent par être épuisés par la pression professionnelle et les difficultés qu’entraîne la pandémie.

 

N’oubliez pas que vous devez prendre congé pour être le meilleur dirigeant qui soit. Planifiez, puis reposez-vous.

 

Partager cet article

Vous souhaitez découvrir des moyens judicieux pour stimuler la performance de votre entreprise?

Nous pouvons vous aider à saisir l’opportunité.

Prenez contact

Nous avons plus de 380 bureaux à travers le monde pour vous servir.

Trouvez un bureau

Découvrez comment LHH peut vous aider à gérer votre carrière.

Nous avons plus de 380 bureaux à travers le monde. Trouvez un bureau près de chez vous.

Voir la liste de nos bureaux

Nous pouvons vous aider à bâtir votre projet de carrière et à identifier la prochaine grande étape.

Communiquer avec nous