International Women's Day

Recadrer la conversation : une nouvelle voie vers le succès pour les femmes leaders

Caroline Pfeiffer Marinho Article

International Women's Day

Vous, qu’auriez-vous fait?

Deux collègues et moi avions planifié une séance de travail avec des clients dans le but d’obtenir leur rétroaction sur une proposition de projet et d’amorcer ensuite l’étape de co-conception.

Lors de notre préparation, nous avions défini les rôles que chacun occuperait durant la réunion, le mien étant cadre responsable du projet. C’était logique, j’étais la personne la plus haute gradée de notre groupe. Nous avions aussi un gestionnaire relation-client et un concepteur de solutions, ce dernier étant chargé d’animer la réunion.

Après être entrée dans la salle de réunion et m’être assise, je n’ai pas mis longtemps (les autres non plus d’ailleurs) à réaliser que j’étais la seule femme dans la pièce.

La réunion commencée, tout le monde semblait tendu et la discussion était paralysée. Les gens hésitaient à se lancer. Et je savais que si nous ne parvenions pas à « délier les langues », ce projet finirait probablement par tomber à l’eau.

Notre gestionnaire relation-client a alors invité les clients à donner leurs commentaires sur la solution que nous leur avions présentée. Un silence assourdissant s’est installé.

Réalisant que quelqu’un devait intervenir, je me levai.

Rapidement, je suis allée à l’avant de la salle et j’ai commencé à écrire au tableau. J’ai aussi fixé des feuilles imprimées au mur et j’ai alors convié les participants à s’engager dans une conversation conviviale, mais sérieuse. J’étais en train de créer un lien de confiance entre les deux parties tout en encourageant la collaboration.

Voilà ce que je faisais, me promenant d’une personne à l’autre, prenant en note les idées pertinentes et posant des questions. Les deux parties travaillant soudainement ensemble à créer quelque chose. Nous étions tous emballés et dynamisés par les progrès que nous faisions.

Lorsque la réunion prit fin et après avoir remercié les clients, nous sommes restés, mon équipe et moi, pour faire en faire le compte rendu. L’un de mes collègues m’a immédiatement remercié pour mes habiletés de facilitation et de consultation.

J’ai reconnu que, sur le coup, j’avais un peu hésité à me lever pour commencer à organiser la réunion. Étant la seule femme dans la pièce, j’avais eu l’impression d’être comme la « bonne à tout faire » de la réunion. 

C’est alors que mon second collègue est intervenu et m’a remercié d’avoir dit ça. « J’avais la même impression. C’en était presque embarrassant », a-t-il dit.

C’était un réel dilemme. Avant de me lever, j’avais hésité et m’étais dit que, étant la représentante la plus haute gradée de mon entreprise, je n’allais pas m’occuper de tâches subalternes comme la facilitation de la réunion. « Je ne ferai pas ça, je ne m’abaisserai pas à ce niveau, » ai-je pensé.

Mais j’ai alors réalisé que mes habiletés et ma contribution avaient réellement sauvé la réunion. Mon premier réflexe, tout comme celui de mes collègues, était erroné et, heureusement, j’ai été capable de me recadrer sur le moment et de me lancer. 

Pour bien comprendre ce qui s’était passé, j’ai essayé d’examiner les deux « cadres » différents selon lesquels mes collègues et moi avions vu la réunion.

Cadre 1 : Faciliter la réunion était une tâche inférieure à mon niveau. Je devrais rester bien assise dans ma chaise et attendre qu’une autre personne assume ce rôle.

Cadre 2 : J’étais la seule personne dans la salle ayant les habiletés et l’expérience pour assumer ce rôle crucial de facilitation. Je savais comment développer un lien de confiance, encadrer la discussion et aider tout un chacun à se décontracter suffisamment pour s’ouvrir et faire réellement progresser la discussion.

Je me demande : combien d’autres leaders ressentent la même chose dans des situations similaires? Combien de fois nous aventurons-nous dans cette voie, avec un cadre plus nuisible que bienfaiteur?

À l’ère du #MoiAussi (#MeToo), il est facile de sauter à de mauvaises conclusions, considérant le débat vigoureux qui fait rage parmi les femmes sur la façon de définir l’égalité et nos aspirations professionnelles. Dans tous les organes d’information et de publication majeurs, on retrouve plein de gens qui donnent leur point de vue sur ce que signifie être à la fois une femme et une leader. C’est une période particulièrement exaltante.

Mais c’est aussi une période périlleuse où il est difficile de savoir comment agir et réagir. Et même si on constate un réel progrès vers une véritable égalité, il y a encore beaucoup de situations où le principe du « deux poids, deux mesures » fait toujours loi. 

Par exemple, je pense souvent à la façon dont les gens réagissent face aux parents qui doivent s’absenter du travail pour prendre soin de leurs enfants.

Si un homme doit emmener sa fille chez le médecin, beaucoup feront preuve de respect et d’approbation. « Quel père exemplaire! Il prend congé pour s’occuper de son enfant malade », diront-ils.

Mais si une femme prend congé pour la même raison, les gens verront la situation d’un œil désapprobateur. « La voilà qui s’absente encore, abandonnant son travail. Nous ne pouvons clairement pas compter sur quelqu’un qui accorde toujours la priorité à sa famille. »

En considérant ce genre de situations, il est difficile de savoir quand s’affirmer et participer et quand rester en retrait et se montrer plus prudentes. En d’autres termes, il n’y a aucune feuille de route claire pour les femmes leaders. Nous devons toutes être disposées à examiner chaque défi indépendamment et essayer de trouver le meilleur cadre pour tracer notre voie. 

Dans une ère désormais révolue, la hiérarchie, le statut, la dominance et l’égo étaient des éléments clés essentiels à un leader accompli. Heureusement, ce « cadre » ne correspond plus au travail d’un leader solide. Aujourd’hui, les leaders doivent répondre à l’incessante demande de changement en étant capables de redéfinir les priorités et de prendre les bonnes décisions rapidement.

Devant un défi, les leaderstant les hommes que les femmesdoivent faire preuve de la plus grande objectivité et résister aux biais qui nous amènent à ne voir que ce que nous voulons ou espérons voir. Vous êtes la meilleure personne pour animer cette réunion? Levez-vous et faites ce que vous faites le mieux. Ne vous embêtez pas à vous demander si la tâche est de votre niveau ou non. Pensez à l’importance de cette tâche. 

Ceci étant dit, nous devrions nous rappeler que les femmes n’ont pas besoin d’agir exactement comme les hommes pour être de grandes leaders.

Je ne veux pas être un homme. J’aime être une femme, avec tous les hauts et les bas que cela comporte. Et j’aime être capable de montrer aux gens à quel point les femmes leaders, bien que différentes de leurs contreparties masculines, sont toujours en mesure de contribuer grâce à leur vaste éventail d’habiletés et d’aptitudes. 

Je sais que quoi que je fasse, je ne serai jamais l’homme de la situation. Mais je sais que je peux être une femme remarquable et être la femme de la situation. Et qu’en travaillant ensemble, nous pouvons créer un monde meilleur.

Communiquez avec nous pour obtenir plus d'informations sur nos services de conseil.

articles les plus récents

Point de vue d’un DPRH : aux premières lignes de la transformation chez Recology

Julie Bertani-Kiser, DPRH chez Recology, partage ses enseignements tirés d’une entreprise détenue par ses employés sur le rôle de l’engagement et de la tra...

Comment la Chine montre la voie en matière de transformation

Nous devons nous inspirer de l’environnement concurrentiel et de l’innovation incessante de la Chine. Et il sera tout aussi important d’avoir des ressources sur le terrain &agr...

L’heure de la révolution de l’expérience utilisateur a sonné

Avec son design fabuleux, sa grande accessibilité, sa navigation simple et son caractère captivant, notre nouvelle application changera radicalement l’expérience de co...

We help employees transition quickly and successfully into new jobs and career opportunities within your company and with new employers

We’ll help you find a new job or career quickly. 

We have helped over 30,000 people around the world find a new job. With thousands of jobs in your industry, connections to more than 7,000 employers and recruiters, and over 2,000 career coaches, we have everything you need to find a new job or career path you'll love.

Register to get started Register with an ID
TEXT "START" TO 07 492 811 811

Already got an account?CRN login