Comment empêcher vos nouvelles recrues de vous « fantômiser » sur le marché du travail en temps de pandémie?

Les nouveaux employés qui ne se présentent pas le premier jour de travail sont un problème courant pour les employeurs. Voici quelques techniques efficaces pour limiter la fantômatisation au sein de votre organisation.

Laura Machan, partenaire en recrutement, LHH Knightsbridge
Voir les talents d’une toute nouvelle façon

Tirez parti de toute la puissance de votre main-d’œuvre

Communiquer avec nous

Comment empêcher vos nouvelles recrues de vous « fantômiser » sur le marché du travail en temps de pandémie?

La pandémie a changé beaucoup de choses dans notre vie professionnelle, mais pas la tendance des meilleurs talents à « se fantômiser ».

Le terme « fantômisation » est employé dans le domaine des ressources humaines pour décrire deux phénomènes distincts : les employeurs qui semblent prêts à embaucher quelqu’un, mais qui coupent soudainement les ponts avec ce dernier, ou encore les candidats potentiels qui ne se présentent pas aux entrevues ou qui, après avoir accepté une offre d’emploi, ne se présentent pas à leur premier jour de travail.

La fantômisation a toujours existé dans le monde des hautes technologies, où la concurrence pour les travailleurs qualifiés est si féroce que les meilleurs talents présents sur le marché libre sont susceptibles de recevoir de nombreuses offres d’emploi. Une enquête réalisée en 2019 a révélé qu’un pourcentage impressionnant (83 %) des employeurs ont vu un candidat disparaître du processus d’entrevue ou ne pas se présenter le premier jour de travail, tandis que 22 % des chercheurs d’emploi ont admis avoir accepté une offre et ne pas s’être présentés le premier jour de travail.

Cependant, la COVID-19 a créé un nouveau phénomène de fantômisation : il s’agit de personnes qui veulent travailler et qui acceptent une offre d’emploi, mais qui réalisent qu’elles ont des problèmes familiaux urgents liés à la santé ou aux soins de jeunes enfants, qui se sont compliqués pendant la pandémie.

Les employeurs nous ont souvent dit que leurs candidats ont été surchargés lorsque les écoles ou les garderies ont fermé, car cela les obligeait à rester à la maison pour remplir la double fonction de garde d’enfants et d’enseignant à domicile. Même lorsque le travail peut être fait à la maison, il semble que certaines personnes ne pensent pas avoir le temps ni la capacité de répondre aux attentes d’un employeur.

Il existe aussi des inquiétudes quant à la capacité des entreprises à gérer leur capital humain en toute sécurité durant la pandémie. Des enquêtes récentes ont montré que les employés ont de plus en plus tendance à quitter leur emploi actuel parce qu’ils sont insatisfaits de la façon dont leur employeur gère la pandémie. 

Une enquête révèle que plus de 50 % des travailleurs ont déclaré que leur entreprise aurait dû en faire davantage pour les soutenir durant la pandémie, et deux employés de bureau sur cinq prévoient démissionner et chercher un autre emploi uniquement parce que leur employeur n’a pas géré la pandémie adéquatement.

Bien entendu, lorsqu’un travailleur qualifié se fantômise, que ce soit après une offre d’emploi ou en démissionnant soudainement, ce peut être considéré comme un juste retour des choses. 

Depuis de nombreuses années, les employeurs convaincus de se trouver dans un marché d’acheteurs ont développé des habitudes peu flatteuses lors de la recherche de nouveaux talents.  Les candidats étaient contactés, puis avaient toutes les raisons de croire qu’ils étaient sur le point de décrocher un nouvel emploi. Ensuite, plus rien.

Un sondage réalisé par LinkedIn auprès de plus de 2 500 personnes a montré qu’une proportion écrasante (93 %) d’entre elles s’étaient fait fantômiser par un employeur potentiel après un appel de sélection ou une entrevue finale, ou après avoir été contactées relativement à une opportunité d’emploi. Avec de tels chiffres, il serait malvenu de critiquer durement les travailleurs qualifiés lorsqu’ils renversent les rôles avec des employeurs potentiels.

Là encore, une partie de cette fantômisation peut être attribuée à la pandémie. Johnny Taylor, président et directeur général de la Society for Human Resource Management, a récemment suggéré que les candidats sont fantômisés par les employeurs potentiels en raison de perturbations majeures dans toutes les fonctions des ressources humaines.

Certaines entreprises peuvent éprouver des difficultés à établir comment évaluer, embaucher et intégrer des candidats à distance, et sont donc paralysées dans leur processus de recrutement. Ceci a significativement ralenti le processus d’embauche et involontairement incité les candidats à faire marche arrière si, après avoir accepté un poste, un meilleur emploi se présentait.

Pandémie ou non, la perfection n’existe pas. Mais voici quelques mesures que vous pouvez prendre pour éviter que vos candidats ne vous posent un lapin.

1. Faites en sorte que le processus d’entrevue soit aussi flexible et efficace que possible. Réservez du temps dans les calendriers des responsables du recrutement suffisamment à l’avance. Veillez à ce que seules les personnes qui ont vraiment besoin de rencontrer et d’évaluer les candidats potentiels fassent partie du processus.

2. Soyez décisif dans votre prise de décision.  C’est soit « oui », soit « non ».  Ne prolongez pas le processus d’évaluation ou d’entrevue lorsqu’il est évident que le candidat ne convient pas.  Lorsque vous voyez du potentiel, et qu’il s’agit simplement de trouver le bon responsable, faites en sorte que cela se concrétise. 

3. Accélérez l’intégration.  Une fois qu’une offre d’emploi a été acceptée, demandez à votre responsable du recrutement d’envoyer une note de bienvenue au candidat et d’organiser un appel pour amorcer le processus d’intégration. Commencez à inclure les nouvelles recrues dans les courriels de groupe (lorsque c’est approprié) afin qu’elles se sentent intégrées à l’équipe dès le départ. Vous pouvez aussi leur offrir un petit quelque chose. Il est plus difficile pour un candidat d’aller voir ailleurs s’il porte le chandail kangourou de votre entreprise!

Bien que le phénomène de la fantômisation puisse impliquer un certain nombre de problématiques complexes, il peut simplement être dû au fait qu’un employeur est un peu trop pointilleux dans son processus d’évaluation, trop nonchalant pour présenter une offre d’emploi et trop informel quand vient le moment d’intégrer le candidat.

Si vous aimez vraiment un candidat, agissez rapidement et de façon décisive pour lui faire comprendre qu’il est désiré. Ne donnez pas la chance à son fantôme de se manifester.

Partager cet article

Vous souhaitez découvrir des moyens judicieux pour stimuler la performance de votre entreprise?

Nous pouvons vous aider à saisir l’opportunité. Prenez contact
Nous avons plus de 380 bureaux à travers le monde pour vous servir. Trouvez un bureau