Retour aux articles

Comment garder ses talents et réduire le turnover

Un fort taux de turnover : une tendance qui coûte cher et qui peut être le symptôme d’un mal être au sein de l’entreprise. D’où vient-il et comment y faire face ? Nos éléments de réponse.

Le turnover : une notion à surveiller

Le turnover est le taux de renouvellement du personnel dans une entreprise. C’est un indicateur important du bien-être en son sein, un taux de turnover élevé peut être le symptôme d’un malaise social dans l’entreprise. Par ailleurs, le turnover représente un coût, car un recrutement est une dépense financière et le temps de formation d’une nouvelle recrue peut être long. Garder ses talents, c’est conserver ses compétences, se laisser le temps de créer une cohérence d’équipe forte et un vrai engagement envers l’entreprise.

    Parmi les causes du turnover, on retrouve :

     

  • Le manque de reconnaissance envers les salariés,
  • Des conditions de travail insatisfaisantes,
  • L’absence de perspectives d’évolution,
  • La pression au travail,

     

  • Une rémunération trop faible,
  • Une mauvaise intégration.

Comment agir sur le turnover ?

Pour faire face au turnover, il est nécessaire de déterminer lesquels de ces facteurs sont impactant afin de mettre ensuite en place un plan d’action adapté pour y remédier.

Le manque de reconnaissance et la pression semblent poser problème ? En effet, il apparait essentiel de veiller à la reconnaissance des collaborateurs, premier facteur de motivation au travail* ; ainsi qu’à la pression mise sur les équipes. D’autres éléments entrent en considération dans la mécanique d’une bonne QVT en lien avec le management : le degré d’autonomie et de responsabilité accordé ou encore l’appétence pour les sujets de travail. Soyez attentif à la façon dans les managers gèrent leurs équipes car un mauvais management peut être la source de départ.

Ce sont les conditions de travail qui pèchent ? Il peut être nécessaire de poser un cadre pour que les salariés ne soient pas sollicités en dehors de leur temps de travail. Le blurring est d’ailleurs un anglicisme qui a fait son apparition pour désigner le flou qui s’installe parfois entre la vie professionnelle et personnelle. Une tendance accentuée par la digitalisation et l’utilisation d’outils technologiques dans le travail. De nombreux autres facteurs peuvent également entrer en considération : la possibilité de faire du télétravail, les avantages sociaux, la gestion des accidents en entreprise... A vous d’identifier les points d’amélioration.

L’absence de perspectives d’évolution et la rémunération trop faible semblent être des facteurs déterminants ? Si vous ne pouvez pas agir sur ces 2 éléments, pourquoi ne pas mettre en place une politique de formations pour faire monter vos collaborateurs en compétences et leur ouvrir de nouveaux horizons ? Autre possibilité : mettre en place une plateforme de mobilité interne présentant les derniers postes à pourvoir.

Il semblerait que l’intégration soit le point à améliorer ? Son enjeu est de pouvoir donner rapidement les clés au nouvel arrivant pour lui permettre d’être à l’aise et opérationnel dans son poste. L’intégration est un facteur d’engagement lorsqu’elle est bien menée. Autre moyen de favoriser cet engagement : mettre en place des procédures de cooptation au sein de l’entreprise. Une bonne façon de démontrer la confiance que vous accordez à vos équipes et de les impliquer dans les procédures de recrutements de nouveaux talents !

Faites confiance à LHH Recruitment Solutions pour votre stratégie RH ! Pour tous vos besoins de conseils ou de recrutement, rendez-vous sur le site LHH Recruitment Solutions.


* HappyIndex®AtWork est un index référentiel de 18 questions, réparties sur 6 thèmes que sont le développement professionnel, l’environnement de travail, le management, la motivation, le salaire, la reconnaissance et le plaisir.